Hôtel des hirondelles

Le petite ville de Kep est connue pour son bord de mer, ses crabes, son poivre et ses salines. Les guesthouses, lodges, hôtels et bungalows se multiplient. La dernière nouveauté: l’hôtel des hirondelles.

Depuis la jetée du Samanea, sous un ciel très orageux, j’aperçois un drôle de bâtiment sur la berge toute proche. Un hangar en béton carré, laid, plutôt haut, sans fenêtres, juste quelques trous sous le toit. Un bunker? Une prison ? Non, un élevage d’hirondelles. En s’approchant on entend le chant des oiseaux. Diffusé par haut-parleurs il attire les copains, les copines. On ne peut évidemment pas visiter l’immeuble, le site est gardé. Mais j’imagine les effluves de fiente à l’intérieur.

Ici les hirondelles, plus précisément les martinets, ne sont pas élévés pour leur chair mais pour leurs nids, revendus au marchés de Hong Kong et de Chine où les gastronomes les achètent à prix d’or. Le kilo se négocie entre 5000 et 6000 Euros.

Autrefois récoltés dans les grottes et le long de falaises, il y a de plus en plus de « nids de maison » dans les pays du Sud-Est asiatique. Plusieurs de ces nichoirs ont poussé ces dernières années autour de la petite ville de Kep, pour que les hirondelles qui aiment le climat salin y construisent leurs précieux nids faits de bave solidifiée.

Les martinets ont la particularité de posséder des glandes salivaires très développées qui sécrètent une salive épaisse et visqueuse. C’est cette salive qui sert de matériau de construction aux fameux nids. Ces nids sont entièrement comestibles après avoir été nettoyés.

En Chine, ce « caviar de l’Orient », est souvent proposé sous forme de soupe, à plusieurs centaines d’euros le bol. On lui prête d’innombrables vertus pour les femmes, les hommes, les enfants et les vieux: rajeunissement de la peau, bienfaits pour les femmes enceintes, il serait bénéfique pour les poumons et stimulant pour le coeur, renforcerait le système immunitaire et le renouvellement cellulaire. Sans parler de toute une palette de produits cosmétiques.

Les études nutritionnelles montrent que la salive des hirondelles est surtout riche en protéines.

fullsizeoutput_37d3

fullsizeoutput_37a1

fullsizeoutput_37d6fullsizeoutput_37d8Un autre modèle au milieu des rizières. Lors de nos escapades à moto nous en avons déjà déniché quatre!fullsizeoutput_3802

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s