Chenini et les Ksour

Le ksar de plaine El Ferch

img_2451

Le ksar de crête Chenini

Le village de Chenini se situe à 20 km de Tataouine dans le Sud-Est de la Tunisie. Il appartient à la première génération des « ksour de crêtes » fondés avant le XIème siècle.

Le village est composé d’une superbe citadelle (le ksar) qui à 650 m surplombe quatre niveaux d’habitations troglodytes agencées en un magnifique amphithéâtre surréaliste. La pierre ocre se confond absolument avec la couleur de la montagne. De loin on pourrait croire à un château-mirage, tant la structure est naturelle.

Chenini est considéré comme le plus beau village berbère de toute l’Afrique du Nord qui demeure encore habité par 600 personnes logeant dans les grottes. Ils se dédient à l’agriculture. Il y a principalement la culture d’oliviers, de dattiers et de figuiers. Ils vivent également d’un peu d’élevage et de tissage. Ceci malgré la poussée irrésistible du modernisme et de l’exode qui chamboule cette région désertique.

En 2007 un couple de Tataouine a pris l’initiative d’y lancer une première résidence troglodyte dédiée au tourisme écologique et culturel avec une capacité de 40 lits, tous aménagés dans des grottes. Pour l’instant il n’y a pas d’autre lieu d’hébergement dans le village.

Les Ksour (greniers, singulier ksar)
(Extrait de « De Matmata à Tataouine, Ksour, Jessour et Troglodytes » par Hédi Ben Ouezdou)

La région de Tataouine se distingue par une particularité qui correspond à la présence de ksour. Ces édifices, marquant l’empreinte de l’homme dans le paysage, occupent des sites très diversifiés sur les crêtes, en montagne ou en plaine. Ils sont intimement liés à l’histoire du peuplement de ces régions et de leur évolution économique et sociale. Au ksar se rattache toute une civilisation rurale qui a marqué pour plusieurs siècles l’ensemble de la Tunisie du Sud-Est. Le ksar correspond en premier lieu à un grenier. Il s’agit d’un ensemble de cellules (ghorfa) disposées en un ou plusieurs étages et qui ouvrent toutes sur une place centrale. De l’extérieur, le mur, sans aucune ouverture à l’exception de la porte, se présente avec des hauteurs importantes pouvant attendre 10 m et évoque ainsi l’aspect de forteresse. Tous les ksour sont placés en intégration parfaite dans le milieu naturel et l’environnement de la région, en fonction de l’exploitation des possibilités offertes par le relief de la crête jusqu’à la plaine. Aucun ksar n’est implanté dans une zone inondable. Sur les crêtes, les ksour sont difficiles à détecter de loin puisqu’ils épousent la structure et la couleur du relief.

Le ksar est avant tout un grenier collectif. Il a toujours servi, à une seule ou un groupe de tribus, de lieu d’ensilage de produits agricoles résultant de l’activité économique des habitants de la région. Les objets de valeur ont été également placés dans des cachettes dans les ghorfas du ksar.

Les anciens habitants de ces régions ont été confrontés à la nécessité de stocker leurs réserves alimentaires afin d’affronter une succession d’années sèches. Le ksar offrait dans ce contexte un endroit idéal de stockage avec une architecture conçue dans cet objectif. Il permet de conserver, d’une façon écologique, les produits engrangés en bon état pendant une période allant jusqu’à sept ans.

Le ksar s’intégrait parfaitement dans un mode de vie fondé sur le semi-nomadisme qui nécessitait de placer les produits agricoles dans un endroit sûr sous la surveillance d’un gardien pendant les périodes d’absence. Ainsi le ksar a-t-il constitué à travers l’Histoire le meilleur moyen pour les populations locales de mettre leurs richesses à l’abri d’éventuels assaillants dans un régime tribal dans lequel les razzias étaient la règle.

Le ksar assurait également une autre fonction qui est celle de la vie sociale. C’était un lieu de rencontre et de transactions commerciales qui a évolué progressivement en place de marché surtout dans la plaine.

Les Ksour citadelle
Les Ksour citadelles, tels Chenini, occupent les sommets des buttes qui sont détachées de la surface du plateau. Il s’agit de buttes à versant raides et à sommets plats matérialisés par une couche de roche dure sous la forme d’un chapeau ou d’une couronne. Le ksar Citadelle domine, en le surplombant, le village avec des habitations troglodytiques et des huilerie souterraines. Les ksour citadelles sont les plus anciens.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s